Le projet actuel

Les comédiens

P1010034 (2)Pour ce 4ème voyage théâtral de la Compagnie, ils sont toujours là, présents à chaque aventure, et au-delà même d’Incognito… fidèles et passionnés plus que jamais, voilà Xavier Bruni et Benoît Jordan le retour ! Pour ce projet ils seront accompagnés de deux comédiennes, Odile Philippin, qui n’est pas inconnue dans la Compagnie pour avoir participé au projet « Biographie : un jeu » et également dans deux autres projets conduits par Nicolas Frésard, toujours fidèle au poste pour donner un coup de main ; notre nouvelle recrue pour ce voyage, directement dénichée et recrutée dans la capitale, Isabelle Petignat Berry, est conteuse aguerrie, passionnée de lecture et de théâtre, motivée et un zeste stressée ! Ce quatuor de choc bien formé, nos quatre comédiennes et comédiens amateurs talentueux bien affutés, feu patates les projecteurs !

Le spectacle

Les formules de politesse sont dangereuses : il nous arrive par exemple de dire à ceux que nous recevons de faire « comme chez eux ». Le Manège est justement l’histoire de Nicolas qui prend cette proposition au premier degré e qui s’invite dans le salon de la femme qu’il a aimée – s’invitant par là même dans son propre passé. Commence alors à tourner ce manège dont les chevaux de bois sont, tour à tour, les amants qu’ils ont été, ceux qu’ils ne sont plus et ceux, bien sûr, qu’ils auraient voulu être. Marie a proposé à Nicolas, son ex, de le dépanner pour quelques jours en lui laissant sont appartement le temps d’un week-end. Fais comme chez toi, lui a-t-elle dit. Mais voilà qu’il s’incruste. Impossible de le jeter dehors. Il est « chez lui », et même, il y reçoit Adeline ! Pour un peu, c’est elle qui passerait pour une intruse. Puis, quand Stéphane, son nouveau fiancé, se présente, les choses deviennent interchangeables. Mais comment ?

Si tout est possible au coeur de cette histoire entre un homme et une femme, cette histoire d’un couple, le savoureux mélange entre rires, réflexions, émotions et interpellations l’est tout autant. Et c’est d’ailleurs tout le subtile de cette pièce qui associe à une dose de fiction et d’imaginaire, ce que la Compagnie Incognito affectionne par-dessus tout.

L’oeuvre

La définition de la pièce « Le Manège » par son auteur : « C’est une pièce très circulaire et qui tourne en rond, pas dans le sens péjoratif mais de façon obsessionnelle. Toute réalité définitive se dérobe. Les personnages se confondent les uns avec les autres, comme dans un manège désenchanté qui tournerait autour d’un centre fixe, d’une question sans réponse, d’un mystère : celui de la rencontre entre deux êtres. Cette idée de la rencontre, c’est une zone d’obscurité totale. On ne comprend jamais tout à fait ce qui nous arrive. A ce propos, il y a une phrase de Corneille que j’aime bien. Il disait qu’il avait pratiquement fini une pièce quand il ne lui restait plus qu’à l’écrire. Il m’arrive de croire que pour les histoires d’amour, c’est un peu la même chose. Le sentiment amoureux est presque là, quand il ne reste plus qu’à trouver l’objet de ce sentiment, à savoir : une personne à aimer. Ce qui pourrait être un constat terrifiant : l’antériorité du sentiment sur son objet. Parce que cela impliquerait presque que tout le monde pourrait convenir. C’est un des thèmes de la pièce, ce doute sur l’interchangeabilité des êtres au moment précis où ils semblaient uniques. L’effroi. »

Le thème du couple est au centre du théâtre de l’auteur, mais c’est par défaut. Florian Zeller dit ne pas avoir d’idée précise sur le couple. « Je n’ai rien à dire sur ce sujet. Les gens ne savent pas s’aimer ? Ils ne savent pas se donner, ne sachant pas se prendre ? Et après… Moi, je ne sais pas. Je ne crois pas que ce soit au centre de mes pièces. Il me semble plutôt que c’est au centre de la vie. Et que le théâtre tente de s’approcher du mystère de la vie. C’est tout. Et puis, c’est vrai que j’ai toujours adoré le théâtre de Marivaux qui touche, je crois, à la superficialité des sentiments. Mais, comme disait Oscar Wilde, à la superficialité dans la profondeur ».

L’auteur

Florian Zeller est un auteur écrivain talentueux né le 28 juin 1979 à Paris.

Roman : il publie à 22 ans son premier roman, Neiges artificielles, qui reçoit le prix de la fondation Hachette. Il devient en 2002, maître de conférences à Science Pô et enchaîne, l’année suivante, avec son deuxième roman, Les amants du n’importe quoi. Il publie en 2004 La fascination du pire qui remporte le Prix Interallié. Par la suite, il publiera deux autres romans, notamment La jouissance, en 2012.

Théâtre : Florian Zeller crée L’autre en 2004 ; cette première pièce est très bien reçue par la critique et par le public. Elle sera remontée à deux reprises, en 2007 au Studio des Champs-Élysées et en 2015 au Poche-Montparnasse. Il enchaîne ensuite avec Le Manège, Si tu Mourais en 2006, et Elle t’attend en 2008.

À partir de 2010, les plus grands acteurs vont jouer ses pièces. Catherine Hiegel interprète La Mère en 2010. En janvier 2011, Pierre Arditi crée au théâtre Montparnasse sa sixième pièce, intitulée La Vérité. En septembre 2012, Robert Hirsch crée sa septième pièce, Le Père, qui obtient trois Molières en 2014. En février 2013, Fabrice Luchini interprète sa huitième pièce, intitulée Une Heure de tranquillité. En septembre 2015, après avoir joué dans La Vérité, Pierre Arditi crée Le Mensonge. Enfin, en janvier 2016, Daniel Auteuil crée sa nouvelle pièce, intitulée L’Envers du décor.

Il est, selon L’Express, « le meilleur dramaturge français, avec Yasmina Reza ». Et, selon The Guardian, « l’auteur de théâtre le plus passionnant de notre époque ».

Le déclencheur

Comme à son habitude, il en aura fallu du chemin à parcourir pour arriver à cette pièce « Le Manège » ! Nicolas avait besoin d’un texte « intimiste » – Nicolas Frésard on s’entend, qui aborde la condition humaine dans la sphère étroite de l’homme et de la femme, du couple, comme dans ses deux premiers projets avec la Compagnie. Après plusieurs lecture sur le sujet et des refus de droits, le destin lui mit dans les mains l’oeuvre de Florian Zeller ! Littéralement séduit et enchanté, ce texte possédait tout pour respecter les affinités du metteur en scène : sujet sur la condition humaine et les relations sociales, réflexions et émotions, fiction et imagination ; de plus les deux comédiens étaient déjà à attendre dans les startingblock, les deux comédiennes rapidement trouvées et motivées, c’est parti, l’aventure pouvait démarrer !

 

Suivez l’avancé du projet agrémentée de photos dans le menu les news !

Cliquez ici pour basculer sur l’album photos du projet !

P1010015 (3)